Efficacité et équité fiscale au service de la décentralisation : Zenü Network et le CRADEC forment et mobilisent les acteurs à l’Ouest.

« La gestion fiscale responsable et la lutte contre les Flux Financiers Illicites dans le contexte de la décentralisation ». C’était le fil conducteur de l’atelier de renforcement des capacités des organisations de la société civile qui a regroupé à Bafoussam du 05 au 07 septembre 2023 une trentaine de leurs responsables ainsi que d’autres acteurs institutionnels.

Animé par un panel de 4 experts en fiscalité, justice fiscale et flux financiers illicites, décentralisation, communication et mobilisation sociale, les trois jours d’atelier, placé sous la coordination de messieurs Jean MBALLA MBALLA, Directeur du Centre Régional Africain pour le Développement Endogène et Communautaire (CRADEC) et Flaubert DJATENG, Coordonnateur de Zenü Network, ont débouché sur un dispositif opérationnel post formation. Ce dispositif répond à une crainte formulée par les participants/tes au début de la formation, celle d’assister à un séminaire de plus (de trop ?). En effet, ils/elles se sont engagé(e)s à transformer les savoirs et savoir-faire acquis en actions de sensibilisation, de plaidoyers et de mobilisation auprès des Communes, des Conseils Régionaux et des Centres régional et divisionnaires des impôts afin d’atteindre 3 principaux objectifs : contribuer à l’accroissement des ressources domestiques en mobilisant les citoyens et en luttant contre les flux financiers illicites, participer à la formulation et à la maturation des projets de développement, enfin assurer le suivi participatif des investissements publics locaux. Madame GUIADEM Linda, actrice de la société civile, trace ici les contours des actions futures dans son organisation « l’atelier a été très intéressant. La décentralisation va passer par l’autonomisation financière des CTD. A notre niveau on va déjà commencer à préparer les campagnes de sensibilisation en collaboration avec les communes ». Pour monsieur DIOK Loïc cadre de développement local à la commune de Bafoussam 3, la collaboration entre les Osc et sa commune est très avancée surtout dans le domaine de la collecte des données sur le plan fiscal. Après cette formation, ce travail sera intensifié afin d’accroitre les ressources pour financer le développement local dans la commune, affirme t-il.

Structurée autour de 9 sessions réparties sur 4 modules, cette formation visait à « capaciter la société civile camerounaise en lui fournissant les compétences, les connaissances et les outils nécessaires pour jouer un rôle actif dans la promotion de l’efficacité fiscale, de l’équité et dans la lutte contre les flux financiers illicites, contribuant ainsi au développement durable et à la transparence économique ». Des défis ont certes été identifiés, mais ceux-ci ont été transformés en opportunités d’actions qui vont de l’éducation fiscale des populations au plaidoyer pour la réforme du cadre normatif de la décentralisation et de la fiscalité locale, en passant par le suivi des investissements publics, la formation des acteurs de l’écosystème fiscal, etc. Et déjà la légitimation par le MINFI de l’action de la société civile à travers le projet « Suivi Finances Ouest » mis en œuvre par Zenü Network a été un motif de satisfaction pour les participants/tes.

Flux Financiers Illicites

Cet atelier intervient dans un contexte où le Cameroun est engagé dans un processus de décentralisation visant à transférer des responsabilités et des ressources aux collectivités territoriales décentralisées pour promouvoir le développement local. Cependant, ce processus nécessite une gestion fiscale efficace et transparente pour assurer des financements adéquats et durables. Parallèlement, les flux financiers illicites sapent les efforts de développement en privant les collectivités locales et le pays de ressources cruciales. Ainsi a-t-on appris, ce sont près de 31,5 milliards de dollars  américains, soit FCFA 17 381 milliards 620 millions  que le Cameroun a perdu dans ces FFI entre 2008 et 2018, révèle le rapport de l’étude sur les flux financiers illicites en matière de commerce international au Cameroun réalisé sous le leadership du CRADEC.

Le Plan Global de Réforme de la Gestion des Finances Publiques (PGRGFP) accompagne le processus dans lequel les organisations de la société civile occupent une place prépondérante.

Par ailleurs le Cameroun a été récemment sujet à des faits majeurs de mal gouvernance financière. On peut citer les scandales financiers en lien avec la gestion des fonds COVID-19, les investissements sportifs de la CAN 2021, l’affaire Glencore sur le commerce des matières premières stratégiques et très récemment, l’inscription du pays par le GAFI[1]sur la liste grise sur le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Sur le plan de l’encadrement pédagogique, outre messieurs  MBALLA MBALLA Jean, Directeur du CRADEC et NJIKAM ADAMOU Lavoisier, Chef du Centre Régional des Impôts/Ouest qui ont entretenu les participants/tes sur la fiscalité en général et la fiscalité locale en particulier ainsi que sur les FFI, messieurs NZUPIAP NWAFO Blaise et NTCHAMANDE Augustin, intervenant pour le compte de  Zenü Network ont animé les sessions sur l’impact de la décentralisation sur la gestion fiscale, les techniques de communication pour la mobilisation citoyenne, la planification et l’organisation d’événements de sensibilisation.

Signalons enfin que monsieur BENTEP Georges, Délégué Régional MINDEVEL et monsieur SA’A, questeur au Conseil Régional de l’Ouest ont contribué, par leur présence à cet atelier et par leurs vécus de praticiens de la décentralisation, à ancrer cet atelier dans le quotidien des participants/tes dont la formation a été sanctionnée par des attestations.

Le Groupe d’action financière (GAFI) est l’organisme mondial de surveillance du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme.

A droite M.SA’A du Conseil Régional et M. BENTEP, DR MINDEVEL
4 amazones pour le rapportage

Bafoussam, le 12 septembre 2023

Augustin NTCHAMANDE

Cellule de communication Zenü Network

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zenü Network (2005-2025) : bientôt 20 années d’actions en faveur de la jeunesse et du développement local !

Créée en 2005 et  reconnue légalement le 27 avril 2006, l’organisation Zenü Network s’est distinguée dans le landernau associatif au Cameroun en général et dans la Région de l’Ouest en particulier par des initiatives novatrices dans les secteurs de la jeunesse, de la décentralisation, du développement local et plus récemment du suivi des projets d’investissement public.

Read More »

Gouvernance des établissements scolaires : la société civile au chevet des Apee.

Dans le cadre de notre dossier sur le transfert des compétences aux Conseils Régionaux en matière d’Enseignement Secondaire, nous avons traité dans les 2 précédents articles des nouvelles dynamiques de pouvoirs qui se mettent en place au sein des structures scolaires et du détournement du volontarisme parental au sein des Associations des parents d’élèves et d’enseignants

Read More »

APEE : un volontarisme parental contrarié et détourné qui est à restaurer.

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public au niveau national, qui sont mobilisés chaque année.

Read More »

Décentralisation: quand le transfert des compétences aux Conseils Régionaux bousculent les dynamiques des pouvoirs dans les établissements secondaires (suite).

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public, qui sont mobilisés chaque année

Read More »