2009-2023 : Le FJC atteint sa maturité !

 (15 ANS DE RENFORCEMENT DES COMPÉTENCES SOCIALES,

CIVIQUES ET ENTREPRENEURIALES DES JEUNES AU CAMEROUN)

La 15 ème édition du Forum des Jeunes du Cameroun (FJC) se tient du 16 au 18 août 2023 dans la ville d’Edéa (Région du Littoral, Département de la Sanaga Maritime). Placée sous le Haut patronage de Monsieur Mounouna Foutsou, Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC), cette édition a pour thème structurant « Jeunesse engagée face aux enjeux des valeurs morales à l’ère de la digitalisation ».

Au commencement était le Festival des Jeunes du Cameroun dont la première édition s’est déroulée du 17 au 24 août 2009 à Bafoussam. Cet épisode inaugural de ce grand rassemblement de la jeunesse arrive au lendemain des mouvements de contestation sociale au Cameroun baptisés « émeutes de la fin ». Il s’inscrit dans un processus de recherche-action initié par Zenü Network face à la colère et à la révolte d’une jeunesse laissée-pour-compte dont le seul moyen d’expression qui lui restait se résumait à des manifestations violentes contre la répression qui lui était opposée comme réponse. Après les années de braise du début de la décennie  1990, l’année 2008 fut marquée par une explosion sociale qui s’était nourrie sur un terreau politique  fertile qui avait mis le feu à la poudrière. Face à cette impasse sociale et économique, Zenü Network a offert une alternative aux jeunes et aux décideurs. Et c’est à juste titre que cette première édition avait inscrit au cœur de la réflexion le thème « Citoyenneté, migration et Sida ». Confrontés à un chômage endémique, à la pandémie du VIH Sida et aux problèmes de formation/insertion, les jeunes n’ont qu’un seul rêve : partir ! Le film « Le Désert ou le Maquis » produit et diffusé par Zenü Network au cours de ce festival avait alors donné matière à réflexion aux 300 jeunes pionniers issus des 8 départements de la région de l’Ouest Cameroun. Séraphin Lekane Dipita, jeune pionnier du Festival reconnait l’importance de ce rassemblement :

C’est l’unique fois où je participe à un forum à l’intention des jeunes. Nous espérons que cela va continuer dans les années à venir. C’est très important que les jeunes du Cameroun se retrouvent et discutent des problèmes qui sont les leurs. A travers le forum qui a été organisé, j’ai appris un pan de l’histoire du Cameroun, de la colonisation jusqu’à nos jours. Les autres jeunes devraient s’y impliquer afin que nous pussions sortir du sous-développement qui nous mine aujourd’hui. Le film, Le Désert ou le Maquis pose des problèmes actuels dans un pays où les jeunes cherchent du travail et n’en trouvent pas. Au point d’être obligés d’aller le faire ailleurs.


Du « Festival » au « Forum » : un changement qualitatif et stratégique
 
Entre 2010 et 2013, les villes de Bafoussam, Bangangté, Foumban, et Dschang vont abriter tour à tour les quatre dernières éditions du Festival des Jeunes du Cameroun. « Cinquantenaire des indépendances au Cameroun: message des jeunes aux décideurs ; Jeunesse et emploi ; Jeunesse et corruption ; Jeunesse et intégrité » vont constituer les points d’orgue de ces grands moments d’échanges et d’émulation. Comme dans toutes les organisations qui se veulent dynamiques, une nouvelle impulsion sera donnée au FJC dès 2014 avec la mutation intervenue dans l’appellation de l’événement. Le Forum venait ainsi de naître sur les cendres du Festival. Monsieur DJATENG Flaubert, Coordonnateur de Zenü Network explique ce changement de paradigme :
« Le terme festival ayant une connotation plus ludique, nous avons trouvé plus juste de le remplacer par forum compte tenu de toutes les articulations qui constituent l’ossature de cet événement  »
 
Bafoussam a ainsi été la rampe de lancement qui va propulser le FJC au-delà des limites de l’ancienne province de l’Ouest Cameroun. Un retour aux sources qui va permettre de mieux s’enraciner pour se déployer avec plus d’assurance vers les régions de l’Adamaoua (Ngaoundéré), du Sud-Ouest (Buéa), de l’Est (Bertoua), du Nord (Garoua), du Centre (Mbalmayo), du Sud (Sangmélima, Kribi), de l’Extrême-Nord (Maroua), du Littoral (Nkongsamba). Même la parenthèse du Covid 19 de 2020 n’a pas arrêté la dynamique du FJC qui s’est très vite adapté au contexte de crise sanitaire en formant 40 leaders influenceurs issus de 40 communes en vue de contribuer à la lutte contre la pandémie à Corona virus.
 
Cette itinérance du FJC dont les caravanes sont passées par 9 régions sur les 10 que compte le Cameroun témoigne de la vitalité et de l’inventivité d’une initiative qui va mobiliser en 15 ans plus de 7000 jeunes dont les trajectoires individuelles sont impactées par un processus de renforcement des capacités sur les plans intellectuel, professionnel, touristique, culturel, social et personnel. Malgré la diversité des thèmes ayant ponctué ces éditions du FJC, les objectifs sont restés les mêmes :
·         Valoriser l’expression des jeunes, la citoyenneté et l’intégration nationale
·         Capitaliser les bonnes pratiques observées en milieu jeune au cours de l’année
·         Motiver les jeunes en quête de repères et de modèles d’intégrité
·         Développer la culture de la paix et de la sécurité à travers les notions de tolérance et l’acceptation de l’autre
·         Promouvoir un cadre ludique pour permettre aux jeunes d’apprendre par les compétitions et la détente 
·         Acquérir des compétences sociales et financières
Nassir Moussa, jeune leader de l’arrondissement de Maroua 3 témoigne :
J’ai participé au forum des jeunes, Kribi 2022. Tout d’abord ce forum m’a permis de découvrir la ville de Kribi et de toucher du doigt l’histoire de mon pays parce que nous étions ensemble avec les jeunes de toutes les 10 régions. Nous avons partagé des expériences entre nous. Bien plus, ce forum m’a permis aussi d’acquérir des connaissances dans plusieurs domaines à l’instar de l’éducation financière, l’environnement et la citoyenneté responsable. La sortie découverte et le Mandela Day sont les journées qui m’ont beaucoup plus marqué et qui m’ont permis d’acquérir des connaissances. Enfin, le forum de Kribi m’a donné aussi l’occasion de connaitre l’histoire des peuples qui y vivent.

Bienvenue au FJC 15 à Edéa !

Située au croisement des villes de Douala (cité portuaire et capitale économique du Cameroun) et Kribi (cité balnéaire), Edéa est une ville semi industrielle qui abrite quelques attractions : les vestiges de la période allemande au Cameroun, le barrage de Songloulou sur le fleuve Sanaga, les restes de la défunte Cellucam (Cellulose du Cameroun), etc. Comme depuis 2009, Le FJC c’est une série d’activités ludiques, intellectuelles, culturelles et sportives : la caravane des délégations avec des banderoles et des messages de la jeunesse ; le forum citoyen, espace de conférences et débats, d’ateliers thématiques avec les jeunes ; le ciné-débats et le théâtre forum en relation avec le thème central du FJC ; les activités sportives ; les sorties découvertes ; la soirée autour du feu ; le Mandela Day et une soirée d’excellence avec remise des prix (artisanat, dessin, poésie, miss et masters, percussions, danses patrimoniales, chansons patriotiques,).

Le Forum des Jeunes du Cameroun (FJC) porté par les projets successifs que sont le PJCC, le PECAC et Citizenschool est une initiative de Zenü Network, co-organisée avec le Conseil National de la Jeunesse du Cameroun (CNJC). Il concourt de manière stratégique aux missions du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC), et bénéficie de l’accompagnement technique du Ministère de la Décentralisation et du Développement Local (MINDDEVEL). Des partenaires associatifs concourent à sa réalisation : AJEVOH, HUMANEES, YSDA, ONAPED, KFA, CRC, APADER, PIVJET, DMJ et AJP CEDES.

Augustin NTCHAMANDE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zenü Network (2005-2025) : bientôt 20 années d’actions en faveur de la jeunesse et du développement local !

Créée en 2005 et  reconnue légalement le 27 avril 2006, l’organisation Zenü Network s’est distinguée dans le landernau associatif au Cameroun en général et dans la Région de l’Ouest en particulier par des initiatives novatrices dans les secteurs de la jeunesse, de la décentralisation, du développement local et plus récemment du suivi des projets d’investissement public.

Read More »

Gouvernance des établissements scolaires : la société civile au chevet des Apee.

Dans le cadre de notre dossier sur le transfert des compétences aux Conseils Régionaux en matière d’Enseignement Secondaire, nous avons traité dans les 2 précédents articles des nouvelles dynamiques de pouvoirs qui se mettent en place au sein des structures scolaires et du détournement du volontarisme parental au sein des Associations des parents d’élèves et d’enseignants

Read More »

APEE : un volontarisme parental contrarié et détourné qui est à restaurer.

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public au niveau national, qui sont mobilisés chaque année.

Read More »

Décentralisation: quand le transfert des compétences aux Conseils Régionaux bousculent les dynamiques des pouvoirs dans les établissements secondaires (suite).

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public, qui sont mobilisés chaque année

Read More »