L’Ouest en bref

Origine-CDV.jpgL’Ouest est la plus petite région du Cameroun en terme de superficie. Elle occupe 2,9% du territoire national et couvre une superficie de 13 786 km2. En 2000, le Ministère chargé de la planification estimait la population totale de la province à 1 871 234 personnes, soit une densité de 131 hab. / km2, avec un taux de croissance de 2,37% par an. La ville de Bafoussam est le chef lieu de la région; on dénombre 8 départements, 33 arrondissements et 4 districts.

L’Ouest est peuplé principalement par les Bamilékés, les Bamouns ; les Mbo et les Tikars. Les Bamilékés sont les plus nombreux, ils représentent environ 3/5 de la population et sont principalement des agriculteurs et des commerçants.

Le monde rural à l’Ouest du Cameroun n’est pas différent des autres zones rurales du pays où prévaut une paupérisation forte due à la baisse des prix des produits d’exportation et au désengagement de l’Etat. Parallèlement, ce désengagement de l’Etat s’est opéré au moment où le pays se soumettait aux plans d’ajustement structurels imposés par les institutions financières internationales.

Le bilan de ces plans s’est traduit par l’augmentation les souffrances en zones rurales. Pour réagir à ce contexte difficile, les populations ont mis en place des formes de regroupement pour organiser leur vie dans les communautés ; les comités de développement des villages (CDV) sont parmi les plus usuelles.

Les relations entre les comités de développement des villages et l’Etat ne font pas l’objet d’une organisation particulière. Les comités de développement des villages sont considérés comme toutes les autres associations régies par la loi 90/056.

Un comité de développement de village bien organisé, fonctionnel et reconnu comme tel par les habitants d’une localité devient implicitement l’interlocuteur des autorités étatiques, des structures d’appui et des programmes de développement.

Les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) sont invitées par les nouvelles lois sur la décentralisation, à collaborer étroitement avec les populations. Les différentes lois sur la décentralisation transfèrent de nombreuses compétences aux CTD, même si aucune disposition en ce qui concerne le transfert des ressources n’existe pour l’instant.

Le CDV se présente aujourd’hui comme un des partenaires avec un meilleur potentiel d’efficience dans la mobilisation des populations et leur implication lors de la réalisation des activités de développement en collaboration avec les CTD.

sommaire  precedent.png next.png

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2021 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?