KamerunStadt commémore Rudolf Duala Manga Bell

8 août 1914-8 août 2023 : Rudolf Duala Manga Bell plus que centenaire !L’événement est passé presque inaperçu. Pourtant c’est le 8 août 1914 que Rudolf Duala Manga Bell fut assassiné avec certains de ses partisans par les Allemands. Une commémoration que Zenü Network et doual’art ont inscrtit désormais de manière permanente  dans leurs activités à travers l’exposition documentaire KamerunStadt qui a fait l’objet d’un film documentaire disponible en ligne sur notre site.

Les vestiges de la période allemande au Cameroun sont encore présents dans toutes les villes et localités de la côte et de l’hinterland où les Allemands se sont installés après la signature le 12 juillet 1884 du Traité germano-duala. En effet, les traces de cette période sont encore visibles de nos jours aussi bien à Douala et ses environs, qu’à Buea, Bamenda, Yaoundé, Foumban, Bafoussam et Dschang, entre autres. Tel est le fil d’Ariane qui permet de remonter aux origines de ces bâtiments historiques qui ne sont que la face visible de l’iceberg dont l’exposition documentaire itinérante « Kamerunsatdt 1884-1914 » vient révéler un pan de l’histoire.

Cette exposition documentaire itinérante que conduit l’association doual’art depuis plusieurs années au Cameroun, et depuis l’année scolaire 2022-2023 en partenariat avec Zenü Network et ses points focaux que sont OnapedApaderYsda et KFA à l’Ouest, ainsi que Humanees et Pivjet dans le Centre, a mis la clé sous le paillasson après des semaines d’intenses activités. Elle avait pour ambition l’« Education à la mémoire et à la citoyenneté par l’art », afin de concourir à la cohésion sociale au Cameroun. Une éducation à la culture principalement portée par les élèves membres des Clubs d’Education Civique et d’Intégration Nationale (CECIN) au sein des lycées et collèges.

Conçue et proposée par doual’art, il s’agit d’un ensemble composé de 23 photos, 23 textes et 7 bâches (dont 4 textes imprimés, le fac-similé du traité germano-duala et sa traduction en français, un plan d’urbanisation de Duala élaboré par les Allemands et qui a constitué la pomme de discorde entre les parties signataires du traité, enfin une représentation du drapeau du Kamerun allemand). Les visiteurs ont ainsi pu coller un visage aux acteurs majeurs de cette période : Kum’a Mbape (Lock Priso), Mpondo Dika Akwa dit King Akwa, Rudolf Duala Manga Bell, Ngosso Din, le secrétaire particulier de Rudolf Duala Manga Bell, Engome Dayas qui fut l’épouse de Rudolf Duala Manga Bell, Mebenga Mebono dit Martin Paul Samba, Adolph Woerman, Gustave Natchigal, etc.

C’est cette période du protectorat allemand sur le Kamerun que les élèves, les enseignants, des administrateurs civils, des chefs traditionnels et les publics de toutes les couches sociales ont visitée dans 10 établissements secondaires ayant abrité les expositions dans les départements du Mfoundi, du Nyong et So’o, de la Mifi, du Noun, du Haut Nkam, du Ndé, du Koung Khi, des Bamboutos, des Hauts Plateaux et de la Menoua. Ce sont donc près de 18 000 visiteurs, dont les élèves des 110 établissements ciblés ainsi que les participants aux conférences aux profils variés, qui ont pu ainsi s’abreuver aux sources des 30 années fondatrices du Cameroun et de ses premières institutions.

Et bien que les résistants camerounais de l’époque dont les figures emblématiques les plus connues étaient Rudolf Duala Manga Bell, Ngosso Din et Martin Paul Samba ont été exécutés par les occupants allemands suite à leur révolte contre la spoliation de leurs terres ancestrales, en violation des termes du traité germano-duala, les jeunes ont pris conscience, à travers cet épisode de l’histoire du Cameroun, qu’il y a eu durant 30 ans – sous la domination allemande – un seul et unique Cameroun. Ils ont également compris la nécessité de se battre contre les impérialismes et les injustices de toutes sortes, en faisant la part des choses entre les alliances de nationaux et allemands pour ou contre la défense des droits des natifs. La bravoure de ces résistants invite non seulement à nous approprier et à écrire notre histoire en rendant visible les autres héros et héroïnes, mais surtout démontre la nécessité de s’engager pour un Cameroun prospère et fort.

Soulignons à grands traits qu’au-delà des aspects historiques et culturels de cette exposition documentaire, son apport pédagogique et didactique a été fortement salué par les enseignants et les autorités scolaires. Au demeurant, elle a permis de mettre en application l’Approche Pédagogique par les Compétences (APC) en vigueur à l’Education de Base et aux Enseignements Secondaires au Cameroun. L’animation des ateliers d’arts plastiques au sein de l’exposition documentaire ‘’Kamerunsatdt’’ a ainsi été un révélateur de talents chez de nombreux élèves qui ont produit des dessins et peintures inspirés par l’histoire racontée en images, en textes et en commentaires. Une pépinière de jeunes pousses qui ne demandent qu’à être accompagnées par le Ministère des Arts et de la Culture afin de faire éclore tout leur génie.

Avec cette exposition documentaire « Kamerunstadt, 1884-1914 » dont le point d’orgue aura été marqué par les conférences animées par des experts en la matière, les différents publics ont mieux compris les défis de la construction d’un Etat rassembleur qui fait la fierté de ses filles et fils. En effet, la fin du protectorat allemand, consécutive au déclenchement de la première guerre mondiale en 1914 et qui s’est soldée par la débâcle des Allemands et l’instauration du condominium franco-britannique, a entraîné une partition du Cameroun sur une base linguistique et culturelle qu’il faut cependant préserver dans un esprit d’unité nationale et une diversité culturelle assumés. Grâce à cette exposition, l’on a compris que ce qui s’est noué sur les bords du fleuve Wouri en 1884 entre le peuple Duala et les commerçants allemands a influencé et influencera encore durablement le destin du Cameroun.

Au regard de l’engouement suscité par l’exposition documentaire itinérante « Kamerunstadt 1884-1914 » dans les 10 départements qui ont abrité l’activité, et compte tenu de la nécessité de reconstruire la mémoire historique du peuple camerounais réduit à l’amnésie, les points focaux de Zenü Network n’ont pas manqué d’envisager des perspectives afin d’étendre l’action à d’autres départements et à d’autres établissements scolaires de leurs aires d’intervention au courant de chaque année scolaire. Une initiative salvatrice de restauration de notre mémoire collective et du vivre ensemble au Cameroun qu’il faut en effet généraliser, perpétuer et domestiquer surtout à l’heure où notre Grand Roman National de la période 1945-1971 est en cours d’écriture par une commission mixte Cameroun-France déjà contestée.

1er septembre 2023

Par Augustin NTCHAMANDE

Cellule de Communication de Zenü Network

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zenü Network (2005-2025) : bientôt 20 années d’actions en faveur de la jeunesse et du développement local !

Créée en 2005 et  reconnue légalement le 27 avril 2006, l’organisation Zenü Network s’est distinguée dans le landernau associatif au Cameroun en général et dans la Région de l’Ouest en particulier par des initiatives novatrices dans les secteurs de la jeunesse, de la décentralisation, du développement local et plus récemment du suivi des projets d’investissement public.

Read More »

Gouvernance des établissements scolaires : la société civile au chevet des Apee.

Dans le cadre de notre dossier sur le transfert des compétences aux Conseils Régionaux en matière d’Enseignement Secondaire, nous avons traité dans les 2 précédents articles des nouvelles dynamiques de pouvoirs qui se mettent en place au sein des structures scolaires et du détournement du volontarisme parental au sein des Associations des parents d’élèves et d’enseignants

Read More »

APEE : un volontarisme parental contrarié et détourné qui est à restaurer.

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public au niveau national, qui sont mobilisés chaque année.

Read More »

Décentralisation: quand le transfert des compétences aux Conseils Régionaux bousculent les dynamiques des pouvoirs dans les établissements secondaires (suite).

Estimées à 4,5 milliards de FCFA dans une étude réalisée dans la région de l’Ouest en 2017 par Zenü Network, ce sont aujourd’hui près de 34 milliards 334 millions, estimés sur la base d’un taux officiel moyen de 25000 FCFA par élève pour un effectif de 1 million 373 375 élèves dans le secondaire public, qui sont mobilisés chaque année

Read More »