Flaubert Djateng, Coordonnateur de Zenü Network :

 

« Zenü Network a inventé et testé un dispositif dont la mise en œuvre permet de contenir et de prévenir le type de drame survenu au lycée bilingue de Déido ».

Vous étiez ce matin face à la presse, pouvez-vous pour la gouverne de nos lecteurs, résumer votre entretien  avec les journalistes ?

Il s’est agi  d’un club de la presse organisé par le Club Media Ouest. Et le club de la presse est  une activité qui rassemble les journalistes auprès d’un invité pour donner des informations sur les  activités qu’il entreprend avec sa structure. Donc Zenü Network était très heureux de participer à ce club de la presse pour présenter les outils que nous suivons avec la Délégation Régionale des Enseignements Secondaires de l’Ouest.  Le drame qui a eu lieu à Douala, nous permet de venir avec nos instruments pour montrer qu’on peut aussi contenir et prévenir ce type de crise. Donc que nous avons  présenté notre dispositif qui s’appui sur quatre piliers. A savoir des Clubs d’Education Civique et d’Intégration Nationale(CECIN) pour la sensibilisation et l’information autour des maux qui minent l’école, les Boîtes à Dénonciation pour permettre de recueillir les dénonciations anonymes de la part des élèves pour tout ce qui se passe très mal dans l’espace scolaire, mais également l’observatoire de la Gouvernance qui a des  représentants des parents, des représentants des enseignants, de l’administration et également des élèves pour mener des enquêtes autour des dénonciations afin de s’assurer que ce qui est dit dans les boîtes est avéré, et surtout veiller à ce que ceux qui ont commis des fautes soient sanctionnés. Il y a le dernier pilier qui est la personne relais.  C’est une personne de confiance à qui on peut se confier si on a peur des représailles. Donc ce dispositif que je viens de décrire, peut permettre de contenir l’incivisme, la délinquance et également faire la lumière sur les dysfonctionnements qui existent dans l’espace scolaire. Nous avons également au cours de cet entretien avec le Club Media Ouest, présenté le Guide de gestion comptable, budgétaire et administrative des APEE/PTA, qui est mis à la disposition des associations des parents d’élèves pour faire d’elles, des associations engagées, responsables et surtout bien gérées sur le plan financier. Tout ceci pour faire que les APEE ne soient plus des espaces à détournements, mais des associations qui défendent les intérêts des parents et surtout contribuent à la qualité de l’éducation. Un moment a également été donné au Forum des Jeunes du Cameroun(FJC) qui est un  dispositif que nous avons mis en place pour rassembler les jeunes de la république. Cinquante jeunes par région, soit 500 au total, se retrouvent tous les ans au mois de juillet pour parler des questions de citoyenneté, de qualité et d’intégration nationale. Ceci sous le regard et l’accompagnement d’un parrain, un aîné qui sert de modèle de réussite sociale et qui partage son expérience avec les jeunes. Les jeunes grâce au FJC découvrent le Cameroun, nous leur parlons du Cameroun pour les encourager à le connaître pour pouvoir  l’aimer. A Zenü Network, nous développons le concept selon lequel on ne peut pas demander aux enfants d’aimer un pays qu’ils ne connaissent pas. C’est pour cette raison que tout le long du FJC nous leur parlons du Cameroun, de ses richesses, de ses potentialités culturelles et touristiques, de son histoire. Voilà un peu résumé l’essentiel de notre entretien avec la presse ce matin.

Comment votre dispositif est-il accueilli dans les établissements scolaires et quelles sont vos satisfactions ?

Nous pouvons dire que dans les établissements scolaires, nous avons l’aval des responsables. Les clubs marchent bien, les  enfants sont soudés et font montre d’une grande solidarité autour des valeurs que nous leur inculquons. Ils arrivent surtout à dénoncer tout ce qui ne se passe pas bien dans l’espace scolaire. Ce qui nous réjouit également c’est le taux de diminution de l’impunité. Ceux qui avaient tendance à toujours outrepasser les règles ont désormais peur et se retiennent parce qu’ils se sentent observés. Ils font donc un plus attention, et ne se laissent plus aller à n’importe quel comportement. Il est aussi bien de relever pour s’en satisfaire qu’il y a eu des lettres de rappel à l’ordre adressées aux collaborateurs par les chefs d’établissements. Il y a eu des sanctions à la fois à l’endroit des enseignants comme des élèves qui se sont mis en marge de l’éthique scolaire.

Avez-vous un message particulier à adresser aux parents d’élèves ?

Effectivement, nous avons un message très fort à leur passer. Et ce   message que nous voulons adresser aux parents d’élèves, c’est de les inviter à prendre leur place dans le système éducatif. La discipline, le respect des valeurs, de toutes ces choses qui ne s’enseignent pas dans l’espace scolaire, relèvent de la responsabilité des parents. Les parents au prétexte de la recherche des moyens pour subvenir aux besoins de la famille, finissent par abandonner les enfants à eux-mêmes et ça, ce n’est pas bien. Nous réclamons la présence des parents auprès de leurs enfants pour leur enseigner la politesse, la morale et la discipline qui sont des valeurs cardinales pour tout jeune qui voudrait réussir. La bonne éducation pour un jeune commence toujours à la maison et les parents doivent beaucoup communiquer avec les enfants. Quand il y a une bonne communication entre les jeunes et leurs parents, ils peuvent facilement détecter, les faux discours et prévenir leurs enfants contre la consommation des drogues et autres stupéfiants qui sont à l’origine des violences que l’on observe dans l’espace scolaire aujourd’hui.

Propos recueillis par Dexter NANA

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2021 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?