FJC11 : Réactions de quelques jeunes.

Les participants à la onzième édition du Forum des jeunes du Cameroun à Mbalmayo, ont gardé un souvenir mémorable de tout ce qui s’y est passé. Certes tout n’a pas été parfait, mais ils semblent se satisfaire de l’organisation et des différents enseignements qu’ils ont reçus, comme en témoignent les réactions ci-dessous.

Joisse Michèle Galéazi Djantou Tchuisse

Je suis très contente de ma participation à cette onzième édition du FJC à Mbalmayo. Je suis d’autant plus contente que c’est dans cette ville que je suis venue au monde et depuis 15 ans que je suis née,  c’est à la faveur du FJC que j’ai de nouveau foulé le sol de la ville qui m’a vu naître. Comprenez  donc bien pourquoi je suis bien émue d’être ici et je dis merci à mes parents pour m’avoir donné l’opportunité d’être là et de profiter de tous les enseignements que j’ai reçus. Sur le plan individuel, pour la jeune fille que je suis, j’ai suivi avec attention les exposés autour de la santé sexuelle des adolescents, j’ai amélioré ma connaissance dans le domaine de la gestion de mes menstrues, j’ai aussi beaucoup appris sur comment éviter les grossesses précoces et non désirées. Sur le plan collectif, j’ai apprécié le vivre ensemble des jeunes, l’esprit de sociabilité et solidarité qui a prévalu ici tout le long du forum. Une autre satisfaction personnelle que je garde de ma participation au FJC11, c’est le privilège de découvrir la dernière demeure de l’écrivain camerounais Mongo Beti.  Mon père m’a toujours dit combien il est admiratif de ses œuvres. Sa petite fille qui nous a reçus dans la concession familiale nous a parlé du caractère engagé de ses romans, de son patriotisme et de ses actions sociales avant de nous conseiller vivement la lecture de ses romans. Puisque vous me donnez l’occasion, permettez-moi de dire un merci bien particulier aux membres de la commission santé qui ont su prendre soin des blessés et autres malades. J’espère qu’à Maroua ils feront montre de la même attention, même si j’espère ne plus me blesser si j’y suis, comme ce fut le cas à Garoua et à Mbalmayo.

Fakala Richard

Je suis pour ce qui me concerne, bien satisfait de la participation des jeunes à cette onzième édition du FJC. De Buea à Mbalmayo en passant par Bertoua et Garoua, je constate que le FJC avance en se bonifiant. J’ai bien aimé la qualité de la nutrition et je ne suis pas le seul, la quasi-totalité des participants ont félicité la qualité et la quantité des repas qui nous été offerts. L’ambiance aussi parmi les jeunes était toujours festive et pleine de convivialité, l’esprit de solidarité a été de mise pendant toute la semaine du FJC. J’ai également apprécié à sa juste mesure, la qualité des thèmes débattus, ainsi que la sortie découverte qui m’a permis d’admirer quelques sites touristiques et culturels de la ville de Mbalmayo. Mais je ne dois pas vous cacher que je n’ai pas aimé le critère de répartition des chambres. Je souhaite pour l’avenir que des critères plus objectifs soient définis et que les chambres soient attribuées un peu plus en avance.

Esther MBAKOP

Autant il y a des choses que j’ai aimé, autant il y en a que je n’apprécie point et que je souhaite vivement voir corriger à l’avenir, pour plus de réussite du FJC. Parmi les choses que j’ai aimées,  je dois citer sans être exhaustive, le dynamisme des forumistes caractérisé par l’implication de tout un chacun, la bonne réussite des activités programmées, sans oublier les différentes innovations qui ont donné un peu plus de couleurs au Fjc 11. A côté de tout ce qui a marché, il y a tout de même des dysfonctionnements qu’on doit décrier pour améliorer. Citons l’hypocrisie de certains membres du comité d’organisation, les différents ajustements du programme, la trop longue intervention du maire de la commune de Mbalmayo qui a fini par phagocyter le temps de l’espace jeunes que devait animer AJEVOH, le manque de fluidité dans la communication, le comportement de certains participants et organisateurs etc. Pour la prochaine édition, je souhaite vivement de bien choisir les partenaires et porter une attention particulière à la qualité des sous thèmes qui seront débattus en s’assurant de leur conformité au thème générique du FJC. Il faudra aussi bien mettre en valeur les associations jeunes qui s’impliquent dans l’organisation, revoir l’âge des participants, impliquer un peu plus le parrain ou la marraine, avoir des T-shirts de couleurs différentes en vue d’identifier un peu plus facilement les participants et les compter. Toutes ces réserves que j’émets n’occultent en rien la très bonne organisation de cette onzième édition et merci à Zenü Network pour nous avoir fait confiance et impliqués dans l’organisation

Fotso Wapiwo Cantona Stève

Parmi les choses positives qu’il faut garder en mémoire au terme de cette édition du FJC de Mbalmayo, je dois citer la qualité des thèmes traités, la qualité des intervenants, la participation des jeunes aux différentes activités, l’ambiance pleine de convivialité, de respect mutuel et donc du vivre ensemble qui a régné dans les dortoirs et lors des différentes activités. Je  n’oublie pas la qualité de la restauration et l’énorme sentiment d’intégration nationale que j’ai expérimenté à Mbalmayo. Par contre et il ne faut pas se le cacher, j’ai très peu aimé le cadre d’hébergement des garçons, encore moins encore l’incivisme de certains participants avec le vol des biens et objets d’autrui,  le non-respect du timing des activités programmées ainsi que le peu d’engouement des facilitateurs au service des participants.  Il serait donc de bon ton qu’à l’avenir, le timing des activités soit respecté à la lettre, que les thèmes à débattre soient choisis avec encore plus de pertinence, qu’un temps de parole plus conséquent soit accordé aux jeunes pour exprimer leurs envies et leurs besoins, ou encore que les facilitateurs soient formés à se mettre entièrement au service des participants.

Yodjeu Moukouo Célestine Herroine  

Je suis à ma première participation au Forum des Jeunes du Cameroun et avec tout ce que je viens de vivre, je suis plutôt un peu jalouse de celles de mes copines qui sont des habituées de cet événement. Il s’est produit ici une situation sur laquelle je ne voudrais pas revenir et qui a provoqué en moi un énorme sentiment de frustration. A l’instant j’aurai pu prendre mon sac et retourner chez nous si j’étais à proximité. Mais croyez-moi, si je l’avais fait, j’aurais commis une grave erreur. Le coordonnateur de Zenü Network a su, dès que informé de ma détresse, trouver les bons mots pour me réconforter et me booster le moral. Comme un bon père, il s’est excusé du malentendu avant de me faire comprendre que je dois savoir me montrer forte et toujours tirer des leçons positives des situations inconfortables que je peux traverser, car c’est aussi à ce prix qu’on devient un leader. Pour la suite, tout s’est passé merveilleusement bien, j’ai beaucoup aimé, je me suis fait plein de nouvelles amies, j’ai été de la réception chez le maire de Mbalmayo, l’histoire de la ville cruelle nous a été contée et je souhaite vivement être de la douzième édition.

Propos recueillis par Dexter NANA

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2020 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?