Bientôt des actes de naissance pour 2000 enfants

L’action est celle de l’Association pour la promotion et la protection des personnes handicapées, âgées et orphelins de Kouptamo, APPPHAK, grâce à un financement du Programme d’appui à la société civile, PASC.

Ouverture des travaux par le représentant du préfet du Noun

Le vendredi 16 avril 2015 s’est tenu dans la salle des actes de la commune de kouptamo un atelier de restitution d’une étude diagnostic sur la situation des enfants vivant sans actes de naissance. Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet d’Appui à l’amélioration des droits des enfants à la naissance dans 4 villages de la commune de Kouptamo à savoir : Ngambouo, Nbankouop, Njitapon et Njimgoumbé. Il ressort par exemple des résultats de cette étude que seulement 31% d’enfants scolarisés possèdent des actes de naissance. Ce qui constitue, selon l’Unicef, une violation du droit inaliénable de l’enfant à bénéficier d’une identité à la naissance, tout comme d’autres droits humains, qui font que l’enfant soit considéré comme un membre de la société.

 Vue de la salle de restitution

Les raisons de cette situation sont multiples : le poids de la tradition, l’ignorance, les distances entre les lieux de résidence et les centres d’état civil, les accouchements à domicile, les mariages forcés, des frais parfois illégaux exigés aux parents en vue de la déclaration des naissances, notamment les frais d’ouverture du dossier, la sollicitation des centres d’état civil des communes voisines pour l’établissement des actes aux enfants nés à Kouptamo, la remise des déclarations de naissance conditionnée par le paiement des frais d’accouchement à l’hôpital, des déclarations non transmises au centre d’état civil…

Projet financé par le PASC

En plus de la sensibilisation pour que les actes de naissance abandonnés dans les centres d’état civil soient retirés, l’APPPHAK s’est engagé à faire établir 2000 actes de naissances aux enfants âgés entre 0 et 9 mois d’une part, et d’autres part, aux enfants âgés entre 10 mois et 11 ans. Une initiative qui bénéficie du soutien de la commune, de la préfecture et du tribunal de première instance de Foumbot. Par ailleurs, un recueil des textes législatifs et règlementaires applicables à l’état civil – actes de naissance – au Cameroun, vient d’être produit par l’APPPHAK.

La rédaction
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2021 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?