Bafoussam abrite la première étape d’une série de concertations

Une vue de la salle de l'atelier d'information

Sous l’égide de la Ligue des Droits et Libertés, LDL, une journée d’information et de mobilisation des acteurs en vue de l’amélioration du cadre juridique des Organisations de la Société Civile, OSC, s’est tenue le 22 mai 2015 à Bafoussam. Avec pour objectif global de contribuer à l’appropriation par les OSC et les autorités locales de l’étude critique et comparative du cadre juridique et du système financier relatif aux organisations de la société civile au Cameroun, cette rencontre a mobilisé des responsables des services déconcentrés de l’État, médias, autorités religieuses, maires, autorités judiciaires, députés et avocats.

Cette rencontre de Bafoussam est le corollaire de deux études commanditées par le PASC et le PADDL-GIZ, respectivement sur le cadre juridique des OSC et les bonnes pratiques sur le cadre financier, et donc la restitution des résultats avait eu lieu à Yaoundé les 27 et 28 novembre 2014.

Intervention du député Oumbe Deffo Sangong

Il était question pour les acteurs de l’Ouest, de les enrichir en vue d’un argumentaire pour le plaidoyer. C’est dans ce sillage que les participants, repartis en groupes, ont travaillé sur les points suivants: la liberté de réunion et de manifestations publiques ; la possibilité pour les OSC ordinaires d’accéder aux subventions publiques et de bénéficier des exonérations fiscalo-douanières, la reconnaissance aux OSC du droit d’accès aux dons et legs (levée du verrou sur les dons et legs en application de l’accord de Cotonou) ; l’ouverture des appels d’offres publics aux OSC et la création d’une ligne de subvention des OSC dans les budgets communaux.

Restitution des travaux de groupe

Au cours des échanges, après restitutions, il est ressorti en premier plan qu’en lieu et place des appels d’offres, on doit parler des appels à projets en direction des OSC qui sont des associations à but non lucratifs. Aussi, les OSC doivent créer une sorte de coordination afin de faire le ménage en leur sein et mettre de côté les taupes et les OSC fictives. Les participants ont exhorté la LDL, à travers son directeur exécutif, Charlie Tchikanda, à intégrer dans le document de plaidoyer des aspects portant sur la qualité de travail des OSC ainsi que leur crédibilité et leur redevabilité à travers la bonne gestion de l’argent du contribuable. Les maires, parlementaires, autorités judiciaires et les responsables des services déconcentrés de l’État ont promis d’accompagner les OSC dans ce plaidoyer.

Charlie Tchikanda face à la presse

Après Bafoussam, une activité similaire se tiendra dans la région de l’Adamaoua, suivi d’un dîner débat à Yaoundé, question d’arrêter le thème final du plaidoyer et de définir les stratégies de sa mise en œuvre. Le projet en cours bénéficie d’une subvention du Programme d’Appui à la Société civile, PASC, dans le cadre des Appuis directs.

Photo d'ensemble

Blaise Nzupiap
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2021 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?