MEFFO Solange, élève en classe de Tle D4 Lycée Bilingue de Bafoussam Diengdam

MEFFO  Solange

« Les actes de corruption existent, mais les protagonistes s’entourent de nombreuses précautions pour ne pas se faire prendre la main dans le sac »


Pouvez-vous commencer par nous dire ce que c’est que le Cecin et quelles sont les activités que vous menez au sein de ce club ?

Merci le Cecin c’est bien le Club d’Education Civique et d’Intégration nationale. Nos activités se conjuguent autour de la lutte contre la corruption et tous les comportements déviants en milieu scolaire, le harcèlement sexuel et la promotion des valeurs culturelles camerounaises. Nous siégeons tous les mercredis après midi et nous avons un chronogramme d’activités que nous nous sommes donné et que nous respectons. Notre activité de lutte contre la corruption et le harcèlement sexuel commence toujours par la sensibilisation et consiste à persuader nos camarades de dénoncer tous les actes déviants dont ils ont été les victimes ou les témoins. Au niveau culturel nous organisons des sorties découvertes pour nous donner la possibilité de mieux connaître notre région. Nous organisons des discussions et des échanges sur nos différents rites traditionnels, nous encourageons nos camarades à parler leur langue maternelle, nous les initions à l’art culinaire des différentes régions du Cameroun.

Depuis combien de temps êtes-vous membre du Cecin ?

Je suis membre de ce club depuis trois ans

Peut-on avoir une petite idée du type des actes de corruption que vous avez déjà eu l’occasion de dénoncer ?

Non, personnellement je n’ai pas encore dénoncé des actes de corruption et jusqu’à présent, j’ai eu la chance de n’avoir pas été une victime de la corruption.

Vous n’avez non plus été témoin d’un acte de corruption ?

Pas encore, même si je dois reconnaître que mes amis ont souvent dit, sans trop de détails, avoir été des victimes.

Voulez-vous nous laisser entendre qu’en trois ans, aucun acte de corruption n’a été dénoncé par un membre de votre club ?

Je voudrais simplement relever que même si les actes de corruption existent ou que la corruption est active, je n’ai pas encore été témoin de tout cela. Les dépouillements de nos boîtes à dénonciation n’ont pas non plus mis en évidence des actes de corruption. Mais nous savons que, ce sont des choses qui se passent dans le noir et tous les protagonistes semblent prendre toutes les précautions pour ne pas laisser des preuves qui pourraient être utilisées contre eux. Dans notre lycée, on parle souvent du trafic des notes ou encore du monnayage des heures d’absences. Seulement personne ne vous dira exactement, qui sont les auteurs de ces comportements déviants. On en parle et on ne pointe le doigt sur personne de précis.

Que faites vous de façon concrète au sein de votre club quand il y a par exemple un acte de corruption avéré, soupçonné ou imaginé ?

Ce que nous faisons c’est encourager les victimes à dénoncer. Mais ce qui est certain comme je viens de vous le dire, avoir les preuves de la corruption n’est pas chose facile. Tenez par exemple, quand nous soupçonnons un de nos camarades d’avoir eu une note non méritée, celui-ci prend toutes les dispositions pour qu’on n’accède pas à son bulletin. Et comme nous ne pouvons pas nous rendre au près de l’administration pour vérifier ses notes, tout devient trop compliqué et dès lors nous ne pouvons plus dire avec exactitude si l’élève visé a corrompu ou non pour avoir une certaine note.

Est-ce à dire que si vous avez l’impression ou le sentiment qu’un élève a obtenu une note qui vous semble arbitraire, vous ne portez pas la dénonciation dans la boîte tout en laissant le soin à l’observatoire des actes de corruption de vérifier ladite dénonciation ?

Pour l’heure, notre boîte à dénonciation n’est pas fonctionnelle. Nous pensons la mettre en état de fonctionner et nous espérons qu’une fois cela fait, les dénonciations pourrons y être portées. Et comme vous le dites bien, l’observatoire est effectivement chargé de vérifier l’objectivité des dénonciations des élèves, mais le problème c’est que beaucoup d’élèves malgré le caractère anonyme des dénonciations, tardent encore à porter les dénonciations dans les boîtes.

Dites-nous, le Cecin est-il une affaire qui intéresse vraiment les élèves du lycée bilingue de Diengdam ? Combien d’élèves de ce lycée sont membres du Cecin ?

Les élèves de notre lycée sont intéressés par les activités du Cecin même s’ils ne sont pas très nombreux. Je dois préciser que ce sont les élèves des petites classes qui montrent un certain intérêt au Cecin. Ceux des grandes classes sont plutôt intéressés par des activités qui doivent satisfaire les appétits liés à leur ventre. S’il est facile de convaincre les plus jeunes de venir prendre part aux activités il est paradoxalement plus difficile de convaincre les élèves des grandes classes, lesquels sont supposés bien comprendre de quoi il est question, de s’impliquer dans les activités du Cecin. Et c’est dommage !

Que faut-il faire à votre avis pour qu’ils s’impliquent en grand nombre ?

Déjà continuer avec l’activité de sensibilisation, amener les élèves à prendre conscience du rôle que pourrait jouer ce club dans la réussite en milieu scolaire, leur faire comprendre combien le Cecin peut aider à mieux connaître son pays et sa culture. Je pense que si la vulgarisation de nos différentes traditions, devient effectivement le centre des préoccupations, que les élèves comprennent qu’en adhérant à ce club, ils peuvent mieux savoir chacun sur sa culture, ils ne seront que plus nombreux à adhérer.

Entretien conduit par Dexter Nana
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2020 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?