Cours de remise à niveau : Le DRES/Ouest sonne la fin de la recréation

DSC_0019-3.jpg

Il s’agit d’un vaste programme de retour à une école ordinaire que le délégué régional des enseignements secondaires pour l’Ouest entend mettre sur pied dès la prochaine rentrée scolaire.

L’année scolaire 2019-2020dans la région de l’Ouest, si l’on s’en tient aux orientations qu’entend lui donner le Délégué Régional des enseignements secondaires, n’aura aucune commune mesure avec celle qui vient de s’écouler.  La raison on doit la retrouver dans la forte volonté du Dr. FrançoisNgabnya, d’un retour à une école ordinaire.

Le concept d’école ordinaire, ne signifie rien d’autre en réalité qu’une école fondée sur le respect des principes et de l’éthique éducative. Il s’agit pour le Délégué régional des enseignements secondaires de l’Ouest, d’imposer aux établissements scolaires placés sous sa tutelle, un retour à l’orthodoxie.  Car depuis quelques années maintenant, et seuls ceux qui portent des œillères quand il faut observer l’univers scolaire ne seraient pas capables de le constater, les établissements scolaires au Cameroun dans leur grande majorité sont devenus des foutoirs.

La démocratie et les droits de l’homme qui ont fait une entrée fracassante au sein de l’institution scolaire au Cameroun, ont favorisé une forme de libertinage qui a botté en touche les piliers fondamentaux sur lesquels repose l’école. A titre d’illustration, il devient de plus en plus difficile de faire la différence, au cours d’une année scolaire, entre la période des cours et celle de la suspension desdits cours. Certains enseignants se sont donnés tellement de liberté que, en plus des périodes de congés pendant lesquels ils invitent les élèves à l’école, nonobstant la nécessité pour ces enfants de se reposer, ils poussent parfois le bouchon à la limite de l’indécence pédagogique, en organisant des cours les  dimanches ou encore les jours fériés et jours des fêtes légales.

Mais et pour dire vrai, ce qu’il y a de choquant et de révoltant dans cette cacophonie que l’on observe au sein des établissements scolaires et qui a poussé le Délégué régional des enseignements secondaires pour l’Ouest, à sonner la fin de la récréation, ce sont les différentes dérives qui en découlent. Il a été donné de constater que les cours de remise à niveau ou les cours de rattrapage organisés pendant les périodes de suspension des cours ou encore les week-end et les jours fériés, sont en grande majorité à la base de tous les maux, les actes d’incivisme et de violence qui écornent l’image de l’école aujourd’hui. Car pour la plupart du temps, les enseignants qui organisent ces cours, brillent parfois par leur absence. Résultats, les enfants parce que abandonnés à mêmes, ne tardent pas à s’occuper et malheureusement toujours de la plus mauvaise des manières. D’autres jeunes encore plus futés et désireux d’échapper au contrôle des parents pendant les périodes suscitées, ont souvent prétexté l’organisation de ces cours pour partir de la maison et passer la journée à vadrouiller avec toutes les conséquences qui en découlent.

Pour sonner la fin de la récréation, le Délégué régional des enseignements secondaires de l’Ouest a instruit ses collaborateurs chefs d’établissements scolaires, à veiller scrupuleusement au  respect des différentes périodes de suspension des cours dès la prochaine rentrée scolaire. Plus concrètement, le Délégué régional voudrait que pendant les congés, les week-ends et les jours fériés, les jeunes ne soient plus invités dans les salles de classe.

A Zenü Network, pour deux raisons au moins, on pense que cette décision du Délégué régional des enseignements secondaires de l’Ouest est salutaire et arrive à point nommée surtout si son application est effective.  Il y a d’abord le fait que ces cours de remise à niveau organisés pendant les congés sont souvent imposés aux apprenants, lesquels sont obligés de payer même s’ils ne doivent pas y participer. Ce qui somme toute relève de la corruption. Ensuite parce qu’il est établi que l’organisation desdits cours sert d’alibi aux jeunes, qui en profitent pour sortir du domicile familial et se livrer ou s’exposer à toute sorte d’acte d’incivisme et de violence, la suppression de ces cours pourra considérablement réduire les risques d’exposition et de détournement des jeunes.

En attendant, depuis que le régional a justifié et publié sa décision, les enseignants et les chefs d’établissements, pour ceux qui brassent de fortes sommes d’argent à travers l’organisation de ces cours de remise à niveau, peaufinent les stratégies de contournement. Les enjeux financiers sont si élevés, que de nombreux bénéficiaires n’entendent pas si facilement, se laisser priver de cette source d’enrichissement. Voilà pourquoi cette décision du DRES/Ouest ne va se montrer efficace que si les premiers à désobéir sont sévèrement rappelés à l’ordre et sanctionnés à la mesure de leur audace.

Dexter NANA

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2019 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?