Roger KWIDJA : Coordonnateur l’Association pour la Promotion des Actions de Développement Endogènes Rurales(APADER).

Point focal du Programme d’Education à la Citoyenneté Active et à la Culture(Pecac) dans le département du Ndé. Il peut pour son plaidoyer, compter sur un allié de poids. Lisez plutôt !

 

Quelles impressions sont celles du coordonnateur d’APADER au terme de ces trois jours de formation des points focaux du PECAC auquel il vient de participer ?

C’est une impression d’espoir que nous avons. Nous avons vraiment espoir avec le démarrage du  Programme d’Education à la Citoyenneté Active et à la Culture(Pecac) que nous allons renforcer tous les acquis du dur labeur que nous avons engrangé sur le terrain avec le Projet Jeunesse Culture et Citoyenneté(Pjcc). Comme vous pouvez le comprendre, si on s’arrêtait à ce niveau, le vide pouvait créer la déconstruction dans les esprits  des élèves, des parents et des responsables d’établissements, des acquis qui sont les nôtres aujourd’hui. Nous sommes très fiers de la reprise de ce programme et surtout qu’il recommence en s’orientant vers le plaidoyer qui je pense sera plus apte à provoquer les changements positifs dans les mentalités et que nous espérons tous. Nous pensons qu’avec tout ce qui nous a été dit ici, sa mise en œuvre sur le terrain  doit nous permettre un changement constructif dans la gestion des affaires publiques, d’abord dans le domaine des enseignements secondaires au Cameroun et plus tard dans tous les autres secteurs d’activités. Je crois ne pas me tromper si j’affirme que cet atelier visait à renforcer nos convictions dans le domaine de la lutte contre la corruption en milieu scolaire. Car pour mener à bien ce combat et réussir de belles performances, il faut avoir des convictions fermes. Si on n’est pas totalement convaincu, on ne peut y parvenir. Je retourne  dans le département du Ndé où je dois être le prolongement de Zenü Network pour ce qui est de son programme d’Education à la Citoyenneté Active et à la culture, très édifié et hautement préparé et armé à produire de bons résultats sur le terrain.

On sent à vous entendre parler que vous avez beaucoup à donner et qu’il vous presse de vous retrouver sur le terrain pour faire bouger les lignes ?

Vous comprenez très exactement les sentiments qui m’animent. Je vous l’ai dit nous sommes vraiment armés, motivés et déterminés à descendre sur le terrain pour faire changer les mentalités et les comportements des différents responsables des enseignements secondaires dans le département du Ndé. Vous avez constaté que je suis venu avec deux animateurs bien que j’ai reçu l’invitation pour un seul. C’est notre volonté de bien faire sur le terrain et de produire des résultats à la hauteur des objectifs qu’on nous a fixés qui justifient notre décision. Nous avons voulu que nos deux animateurs pour être à la hauteur des attentes bénéficient à part égale de cette formation dont l’importance n’est plus à démontrer. Comme vous le savez, nous voulons que nos outils soient adoptés à grande échelle et non plus par quelques établissements seulement comme c’était le cas par le passé.

Comment allez concrètement procéder pour atteindre vos objectifs vous qui avez un vaste territoire composé de quatre arrondissements ?

Retenez déjà que nous avons une grande équipe et une plate forme des associations des parents d’élèves qui fonctionne sur le terrain. Cette plate forme est constituée de citoyens déjà imprégnés de la chose et de la cause que nous défendons. Nous allons nous appuyer sur eux comme un bras séculier pour pouvoir étendre nos actions de persuasion. Cela nous donne l’opportunité de  travailler davantage avec eux comme des agents de changement et ils vont être nos relais, c’est eux qui vont porter nos messages. Ils vont instituer et faire fonctionner au sein des établissements scolaires le Mécanisme de Protection des Dénonciateurs  des actes de Corruption en milieu scolaire(Meprodec) là où il n’existe pas encore, et renforcer son fonctionnement là où il est déjà présent. Nous allons donc travailler en très étroite collaboration avec la plate forme des Apee, nous allons beaucoup compter sur elle pour qu’elle nous aide dans la promotion et l’adoption de nos outils de lutte contre la corruption en milieu scolaire. Nous comptons donc organiser un atelier de travail avec les différents responsables de cette plate forme des Apee dans le Ndé pour partager avec eux notre approche.

Il nous semble que dans le Ndé vous avez un allié de taille en la personne du délégué départemental des enseignements secondaires ?

Oui nous pouvons nous en vanter d’ailleurs. Il est effectivement un allié de taille comme vous le dites, car il nous apporte son soutien dans le combat que nous menons. C’est un responsable qui ne cesse de rappeler à ses collaborateurs le bien fondé du travail que faisons sur le terrain. Dans une réunion des parents d’élèves à laquelle nous prenions part en vue de les sensibiliser à davantage de participation, le délégué n’est pas passé par quatre chemins pour inviter les parents d’élèves à comprendre que le travail que nous sommes entrain d’engager malgré la réticence de quelques chefs d’établissements, est en droite ligne avec les orientations gouvernementales. Il a encouragé les parents à être solidaires des actions de lutte contre la corruption en milieu scolaire que nous menons, avant de leur citer quelques exemples de chefs d’établissements qui ont été relevés de leurs fonctions pour s’être montrés indélicats dans la gestion des fonds des Apee. Donc, il est pour nous un allié sur qui il faut vraiment compter, il ne cesse de valoriser chaque fois que l’occasion lui est donnée, les actions de lutte contre la corruption en milieu scolaire.

Entretien Dexter NANA

 

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2017 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?