PECAC : Les points focaux en concertation à Bafoussam

Ils étaient au siège de Zenü Network à Bafoussam en vue de dresser un bilan des activités du premier trimestre et planifier celles du second.

Le jeudi 22 février 2018, les différents points focaux du Programme d’Education à la Citoyenneté Active et à la Culture(PECAC) de Zenü Network se sont retrouvés au siège de cette association à Bafoussam, dans le but d’apprécier la mise en œuvre des activités du premier trimestre et procéder ensemble à la planification de celles du second trimestre. De façon plus précise, la rencontre des points focaux est un moment important dans la planification des activités de Zenü Network. Il s’agit pour la coordination centrale de réunir autour d’elle le temps d’une journée ses différents points focaux en vue d’évaluer le chemin parcouru dans la mise en œuvre des activités, prendre connaissances  des difficultés rencontrées par les animateurs sur le terrain et naturellement dans une sorte de brainstorming, proposer des pistes de solutions à toutes ces difficultés en vue d’un rendement beaucoup plus satisfaisant au cours du  trimestre suivant.

Pour  cette première rencontre  trimestrielle des points focaux du PECAC, c’est la salle Myriam MEKEBA qui, comme d’habitude, réservée aux activités de cette envergure, a accueilli les travaux. Une  séance de travail qui, à écouter les organisateurs comme l’ensemble des participants, s’est  déroulée dans une atmosphère bien  détendue, pleine de bonne humeur et courtoisie mutuelle, sans oublier les nombreux enseignements et les partages d’expérience. Toutes choses qui ont aidé les nouveaux points focaux qui participaient pour la première fois à ce type de   rencontre d’évaluation, de bien s’intégrer et partager avec les anciens les difficultés rencontrées.

A propos des difficultés rencontrées, il y a celles qui sont communes à tous les points focaux malgré les formes variées dans lesquelles elles s’expriment, mais aussi, il y a certaines qui sont spécifiques à certains points focaux et dont la solution viendra d’un simple renforcement des capacités. Ce sont pour le dire de façon simple, la planification budgétaire ou encore le canevas de présentation des rapports ainsi que leur timing.  Pour revenir sur la difficulté qui se trouve ici partagée par tous les points focaux, on doit dire qu’elle se résume à la résistance ou réticence dont font montre de nombreux chefs d’établissements quand on leur parle de l’adoption des outils du PECAC. Nombreux sont ces chefs d’établissements qui expriment clairement leurs  appréhensions vis-à-vis de ces acteurs de la société civile qui viennent leur parler de la lutte contre la corruption. Ils sont pour certains persuadés que prêter une oreille attentive au discours de ces hommes qui viennent leur parler de la gouvernance en milieu scolaire, c’est se faire harakiri. Du coup, la peur de la perte d’un certain nombre de privilèges ou de certaines positions de pouvoir, justifient leurs réticences et leur refus d’adoption des outils du PECAC. A tous les animateurs qui se heurtent à ces résistances, il leur a été conseillé la patience et la persévérance. Car l’activité de plaidoyer doit intégrer les résistances et l’animateur de terrain doit se sentir encore plus motivé et déterminé chaque fois qu’il rencontre des résistances.

Ceci dit, après avoir passé en revue les activités du premier trimestre et intégré les voies et moyens suffisants à surmonter les difficultés rencontrées, place a été donnée à la planification des activités du deuxième trimestre qu’on espère connaître plus de succès. Parmi les activités majeures à mener tout le long de ce deuxième trimestre, il va s’agir de présenter le PECAC au public cible, accentuer la sensibilisation des délégués départementaux et régionaux, distribuer et assurer le suivi du Guide de gestion et de la Mallette pédagogique etc. Les responsables des points focaux et leurs animateurs de terrain devront tout particulièrement s’impliquer dans la préparation de la dixième édition du Forum des Jeunes du Cameroun qui pointe à l’horizon. La deuxième quinzaine du mois de juin c’est déjà demain et il devient urgent et impérieux de vulgariser  le Fjc, mobiliser les jeunes et se lancer très activement dans la recherche des parrainages.

Dexter NANA

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2018 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?