Lycée classique de Bafoussam : Les retombées positives de la caravane de la honte

Hier décriée par les medias sociaux, les organisateurs peuvent  se vanter aujourd’hui d’avoir osé organiser cette caravane qui a choqué au goût de certains.

 

Le début du deuxième trimestre de l’année scolaire 2017-2018 avait été marqué au Lycée Classique de Bafoussam par l’organisation d’une cérémonie au caractère bien atypique. La caravane des élèves paresseux, au goût de certaines personnes non instruites des mobiles et des objectifs qui lui étaient assignés, était plutôt insolite.  La caravane des élèves paresseux sur le chemin de la honte et en voie d’expiation comme l’avaient baptisé ses organisateurs, n’avait laissé personne indifférent.  Les  élèves réputés  troubleurs et paresseux,   par leurs notes et leur inconduite ternissaient l’image de marque du Lycée Classique de Bafoussam. Ceux-ci se préparaient, si rien n’était fait, à  tirer les résultats de fin d’année de cet établissement vers le bas. Pour les mettre hors d’état de nuire et les ramener à temps sur le chemin de la réussite, ils avaient été contraints à défiler dans la caravane de la honte en arborant des pancartes aux messages révélateurs de la médiocrité qui les caractérisait. Cette caravane des élèves paresseux avait alors sillonné tout le campus de l’établissement sous les quolibets des autres élèves.

Très vite, les images de cette caravane des élèves paresseux avait fait le tour des medias sociaux au grand étonnement des organisateurs qui voyaient en elle, une simple activité pédagogique interne à l’établissement et dont le but ultime était créer chez ces élèves paresseux, un électrochoc  et les amener à prendre conscience des raisons pour lesquelles leurs parents consentent  de nombreux sacrifices pour les envoyer à l’école. Dans les medias sociaux comme dans les rues de la ville de Bafoussam et même dans certains bureaux, les critiques avaient fusé. Les responsables de cet établissement scolaire avaient alors été traités de tous les noms de petits oiseaux. Les adjectifs les plus péjoratifs avaient été savamment sélectionnés pour qualifier leur audace. Certains avaient même, en claironnant   l’humiliation et la violation des droits de l’élève, parié sur le fait que le Dr. Ngueti Michel, proviseur de ce lycée, ne finirait pas l’année à son poste, qu’il serait démis de ses fonctions par sa tutelle pour avoir poussé le bouchon un peu trop loin.

DSC_0457-4.jpg

Ces critiques à l’endroit des responsables du LYCLABAF et de son proviseur en particulier, reposaient partiellement sur l’apriori que l’organisation de la caravane de la honte à défaut d’être une génération spontanée, était une décision unilatérale du chef d’établissement. Or il se trouve que cette caravane était plutôt un projet commun mûrement pensé, le fruit d’un ensemble de réunions de concertation auxquelles avaient pris part la majorité des parents des élèves concernés par ladite caravane. Ces derniers avaient à l’unanimité, approuvé cette démarche qu’ils avaient trouvée salutaire. Ils  s’étaient aussi engagés à financer la fabrication des différentes pancartes que devaient brandir les enfants pendant le défilé de la caravane.

Depuis la fin du mois de juillet 2018 où l’ensemble des résultats des examens de fin d’année ont été rendus publics, l’ensemble du personnel du Lycée Classique de Bafoussam et les responsables en particuliers qui étaient passés sous les feux d’une critique assortie d’un peu de cynisme, attendent en vain, le mea culpa de toutes ces personnes qui voulaient les faire passer aux yeux de leurs élèves pour des anti pédagogues ou des tortionnaires sadiques qui prendraient du plaisir à les humilier.   Que non, nonobstant les très bons résultats du Lycée Classique de Bafoussam aux différents résultats des examens officiels, les réseaux sociaux et les hâbleurs des rues et des bureaux, ont fondu dans un mutisme déconcertant. Personne de tout ce beau monde ne semble voir l’incidence ou les retombées  psychologiques de cette caravane de la honte sur les bons résultats des élèves dudit établissement scolaire.

En tout état de cause, au Lycée Classique de Bafoussam, le personnel enseignant comme les responsables administratifs, a posteriori, se félicitent de l’organisation de cette caravane de la honte. A en croire les responsables en charge de la pédagogie dans cet établissement, les résultats ne s’étaient pas fait attendre. Dès  la troisième séquence les élèves avaient pris la mesure de la chose surtout que l’idée de l’organisation d’une caravane similaire et qui s’ébranlerait hors de l’enceinte du campus scolaire était envisagée au début du troisième trimestre. Aucun élève ne voulant faire l’objet de pareille humiliation, tous s’étaient mis au travail et les résultats ne se sont pas fait attendre. Le taux   des élèves qui se sont engagés dans la logique de la progression continue dans ce lycée à la suite de cette marche a considérablement augmenté, faisant passer le nombre des élèves attendus au très prisé BAL DU PROVISEUR de six cents l’an dernier à plus neuf cents élèves cette année. Le bal du proviseur étant un moment exceptionnel réservé aux meilleurs élèves qui se sont distingués par leurs efforts continus et en constant progrès et qui bénéficient du privilège, l’instant d’un après midi, de s’asseoir à la même table que leur proviseur pour partager avec lui le repas de l’excellence.

Au niveau des examens de fin d’année scolaire, les résultats 2018 du Lycée Classique de Bafoussam, à défaut d’être le meilleur jamais produit jusque là par cet établissement, doit rentrer au panthéon de ses meilleurs résultats. Tenez, au BEPEC par exemple, sur 661 candidats présentés, 635 ont été déclarés admis. Au Probatoire, 462 sur 563 ont bravé leur examen tandis que sur 669 présentés au Baccalauréat, 479 ont été déclarés admis. En somme, sur 1893 candidats présentés aux différents examens, 1576 ont été déclarés admis pour un taux de réussite de 83,30%. Cette belle performance a permis au Lycée Classique de Bafoussam d’occuper le premier des établissements scolaires dans le département de la Mifi et de recevoir du comité d’organisation de la troisième édition des Journées de l’Excellence Scolaire et Académique dans la Mifi(JESAM), un diplôme d’excellence pour encourager et immortaliser cette performance.

Basile Honoré TCHUISSE

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2018 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?