L’année 2018 du PECAC vu du NDE : Mme. YOUSSEU Florence Coordonnatrice d’APADER, Point focal du PECAC dans le département du NDE, dresse le bilan.

Au moment où l’année scolaire 2017- 2018 touche à sa fin, quel bilan pouvez-vous faire des activités du PECAC dans le département du Ndé ? 

Merci de nous donner cette belle opportunité de dresser un pré bilan des activités du PECAC dans le NDE. Nous parlons d’un bilan provisoire étant donné qu’à cette date certaines activités sont encore en cours. Le fait que dans les établissements scolaires, les activités soient un peu en berne, ne nous empêche pas de continuer avec notre travail de plaidoyer.  Cela dit, à ce jour nous avons 26 Clubs d’Education Civique et d’Intégration Nationale fonctionnels, ainsi que huit superviseurs des CECIN formés (LB Balengou, CES bilingue de Batela, Collège Evangélique de Bangoua, LB Bassamba, LB Badounga, Lycée Bangoua, CETIC Bangoulap, Lycée Bangoulap) et 8 dépouillements effectués  dont 3 au CES Bilingue de Batela, 1 au Lycée de Bahouoc, 1 au CES de Bazou Rural, 1 au Lycée bilingue de Bgté, 1 au LT Bgté et 1 au lycée de Bantoum. Il ressort de ces dépouillements que les dénonciations des élèves sont dirigées contre ces enseignants qui leur demandent de l’argent pour certains services comme ceux des photocopie des épreuves SVT au CES de Bazou rural. Ils ont beaucoup dénoncé le professeur de mathématique Monsieur KITIO du CES Bilingue de Batela qui excelle dans le favoritisme envers certains élèves tout comme ils ont aussi dénoncé les insubordinations ou insolences de leurs camarades toujours portés à perturber les cours, à agresser physiquement les plus petits. A la suite de tout ceci des sanctions ont été prises dont des exclusions de 3 jours avec corvée pour les élèves et des rappels verbaux à l’ordre pour les enseignants au Lycée Bilingue de Bangangté.

Puisqu’il s’agit pour vous de lutter contre ou tout au moins de réduire le taux de corruption et de harcèlement sexuel en milieu scolaire, peut-on avoir un aperçu des effets de changements liés à votre action ?

Avant de parler des changements survenus dans les comportements des différents acteurs en milieu scolaire grâce au PECAC, il faut avant toute chose rappeler que sa mise en œuvre s’est heurtée à plein de réticences. Au départ et malgré la bonne disposition de la Délégation Départementale des Enseignements Secondaires à nous encourager, les établissements scolaires pour la plupart ont développé des réticences. Mais nous n’avons pas cédé au découragement. Nous nous sommes montrés persévérants et aujourd’hui, notre action porte si on en  juge qu’aux différents changements observés. On doit citer le fait pour certaines  APEE de nous solliciter davantage dans la mise en œuvre de leurs activités, la prompte adoption des outils du PECAC par certains établissements comme le CES Louh Tougwe et le  Lycée Technique de Banekane. Malgré ces réticences au départ, le Collège évangélique de Bangoua suite à nos visites incessantes et nos multiples appels a finalement adopté la création d’un CECIN. Mentionnons enfin le fait que nous  avons été abordés par le Directeur du CETIC de Bagnabo Bassamba pour la mise en œuvre des activités du PECAC dans son établissement.

 La Mallette pédagogique du CECIN et le Guide de Gestion des APEE sont  des outils inventés par Zenü Network et dont  vous assurez la promotion auprès des  chefs d’établissements scolaires. Quel accueil ont-ils réservé à ces outils ?

Nous l’avons signalé à l’entame de cet entretien, la collaboration avec la DDES du Ndé a facilité dans une certaine mesure notre accès aux établissements scolaires avec qui nous ne collaborions pas par le passé. Grâce donc à cette collaboration, 30 Mallettes Pédagogiques ont été remises aux établissements encadrés contre décharge. Ils ont reçu ce manuel avec beaucoup d’intérêt dans la mesure où nous leur avons expliqué le bien-fondé de ce document dans l’encadrement des CECIN. Parmi ces établissements, 5 ont tenu des séances de travail avec leur superviseur en notre présence, 17 ont apposé le cachet de l’établissement au moment de les recevoir. En plus des trente établissements scolaires, 3 alliés ont également reçu la Mallette Pédagogique. Il s’agit de la DDES,  du chef Service des Sports et des Activités Post et Péri Scolaires (SSAPPS), du Délégué Départemental de la Jeunesse et de l’Education Civique. Certains en sollicitent encore.  Nous avons en somme distribué 33 Mallettes Pédagogiques. Pour ce qui est du Guide de Gestion des APEE, la présentation a été faite au DDES et au SSAPPS, lors d’une rencontre de la plateforme et à certaines APEE. A ce jour 22 structures ont été touchées.

Rencontrez-vous des difficultés particulières dans la mise en œuvre des activités du PECAC ? Les administrations ont-elles été réticentes ou plutôt réceptives à votre démarche ?

Difficultés et réticences oui, elles étaient d’ailleurs nombreuses même si nous reconnaissons que la Délégation Départementale des Enseignements Secondaires du Ndé a fait montre d’un grand esprit de collaboration. Mais pour parler des difficultés rencontrées, nous devons citer l’ignorance de l’existence d’un cadre de collaboration entre la Délégation Régionale Jeunesse et de l’Education Civique  et  Zenü Network. Cette ignorance explique la méconnaissance de la conduite à tenir. Il y a aussi  l’absence d’une note de service du DDES instruisant ses collaborateurs chefs d’établissements à prendre au sérieux la collaboration avec le Point Focal que nous sommes. Certains chefs d’établissements se sont montrés toujours très méfiants. Une difficulté majeure que nous n’avons jamais pu surmonter malgré les multiples efforts fournis, c’est le refus du Collège Saint Jean Baptiste et Collège Evangélique Thomas Noutong de faire des dépouillements. La principale mesure de contournement a consisté à faire des descentes régulières sur le terrain et les rappels  à l’ordre aux  superviseurs. Toutes ces démarches sont restées vaines.

Suite aux difficultés rencontrées, quelles sont vos espérances ou qu’attendez-vous de Zenü Network en vue de remplir tous les objectifs qui sont les vôtres ?

Nous pensons qu’il est important de faire des tournées d’information avec les Points Focaux dans certaines structures. Zenü Network devrait aussi souvent réagir promptement à certaines demandes des Points Focaux pour faciliter leur travail par exemple la mise à disposition des documents sollicités : Guide de Gestion des APEE, affiches…

Pendant vos différents partages ou échanges lors des rencontres des points focaux, y a-t-il une expérience particulière qui vous a fascinés et que vous comptez bien reproduire dans votre département ou ne jamais vivre ?

Pas vraiment mais nous avons toujours été impressionnés par le grand nombre de dépouillements effectués par KFA.

Beaucoup de chef d’établissements malgré la clarté des textes parviennent toujours à faire main basse sur les fonds d’APEE et parfois avec la complicité des présidents qui sont aux ordres. Est-ce le cas dans votre département et si oui que faites vous pour affranchir lesdits présidents ?

Il faut dire que de plus en plus les présidents d’APEE avec leur bureau parviennent à maîtriser leur rôle avec le travail d’accompagnement que nous faisons auprès d’eux. Cela  provoque souvent des tensions avec certains chefs d’établissement véreux. Toutefois, nous ne lâchons pas prise. Nous continuons avec notre soutien et les encourageons à bien connaître les textes et les attributions de chacun, à tenir tête, à bien jouer leur rôle. Nous les aidons à ne point baisser les bras.   

 Entretien mené par Dexter NANA

 

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2018 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?