Joseph Olinga Ndoa : « La presse doit bénéficier des subventions de l’Etat pour pouvoir mettre à la disposition des citoyens une information de qualité, celle qui impulse le développement »

Le responsable régional du quotidien Le Messager à l’Ouest donne son avis au sortir de l’atelier d’échange citoyen sur le journalisme organisé dans la ville de Bafoussam.
M. Olinga Ndoa, peut-on avoir un bref résumé de ce que vous avez retenu au terme de cet échange sur la notion du journaliste citoyen ?

 

Il y a tellement de choses qui ont été dites. Je crois qu’il s’est agi d’un rappel, un rappel aux fondamentaux du journalisme et au vivre ensemble. Ce qui nécessite une implication un peu plus grande du journaliste dans la perception des problèmes, de son environnement et de son temps, dans le traitement de ces problèmes là, et dans la production des informations destinées aux populations. Je pense qu’il a été aussi question de rappeler que le journalisme citoyen est un journalisme qui implique beaucoup plus les acteurs sociaux qui en fait sont les principaux producteurs de cette citoyenneté et des informations qui leurs sont destinées. Ça nous a rapprochés de ce que l’on appelle le mort kilométrique, c’est-à-dire que l’on ne peut pas parler des questions qui se déroulent ailleurs alors que nous vivons dans un environnement bien précis.

Pour vous qui avez évoqué la question de la précarité des journalistes, pensez-vous vraiment que des journalistes qui tirent le diable par la queue se comportent en citoyen ?

Je préfère souvent parler de la question des médias dans lesquels les journalistes exercent, juste pour démontrer en réalité que le contexte sociopolitique et économique est structuré de sorte que cette presse là soit ce qu’elle est et que ses acteurs soient dans la précarité, pour emprunter à cette expression. Quand je parle du contexte sociopolitique, c’est pour relever que dans les sociétés qui se veulent démocratiques, la presse qui est une entreprise particulière, bénéficie des subventions de l’Etat. Au nom du devoir de l’Etat, elle doit mettre à disposition des citoyens une information de qualité et une information permettant de se développer. Et vous voyez, le pas est vite fait entre ce contexte sociopolitique et l’économie des médias qui est celle que nous connaissons. C’est une économie en réalité qui vivote et on ne peut pas penser que si la structure employeuse qui est le média n’a pas une économie conséquente on doit attendre peut que ceux qui y travaillent soient mieux lotis. Et la conséquence en fin de compte c’est que l’information qui est produite en dernier ressort est une information qui n’est pas toujours de qualité et c’est en cela qu’on doit parler de citoyenneté. Mais cette citoyenneté, je pense qu’il ne faut pas qu’on la voit dans des théories. Il faut qu’on touche principalement là où le problème se pose et le problème comme je l’ai dit c’est le cadre sociopolitique et puis l’économie des médias qu’il faut renforcer étant donné que les médias ne sont pas des entreprises comme les autres. Elles sont des entreprises qui ont un caractère social.

Entretien mené par Dexter Nana

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2017 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?