Des jeunes scolaires en visite à la chefferie Batoufam

PIC_0884.jpg

Ils ont au terme de leur visite échangé avec sa majesté Nayan Toukam Innocent, roi des Batoufam, sur les influences de la modernité sur les traditions africaines.


A l’initiative de la CHART, point focal du Projet Jeunesse Culture et Citoyenneté de Zenü Network dans le département de la Mifi, 65 élèves filles et garçons, membres des Clubs d’Education Civique et d’Intégration Nationale(Cecin) sous la conduite de 04 encadreurs, étaient en sortie découverte au musée de la chefferie Batoufam, un village de l’arrondissement de Bayangam du département du Koung-khi dans la région de l’Ouest Cameroun. Ces élèves venus de cinq établissements scolaires de la ville de Bafoussam, à savoir le lycée technique de Bafoussam, le Lycée de Bafoussam rural, le lycée bilingue de Bafoussam Diengdam, le lycée de Tougan II et le collège polyvalent bilingue Tama, ont pendant environ cinq heures de temps, parcouru tous les espaces de ce musée à ciel ouvert qui s’étend sur une très grande surface. A chaque étape de leur parcours, ces jeunes animés par une curiosité positive, ont été instruits et édifiés sur les rites et traditions du peuple Batoufam.

PIC_0838.jpg

Dès leur arrivée dans la cour principale de la chefferie Batoufam, les jeunes ont été accueillis par Paule Clisthène DASSI, la conservatrice du musée de ladite chefferie. Après avoir entendu l’animatrice de la CHART et les superviseurs qui l’accompagnaient, égrener les objectifs et les résultats attendus de la visite des jeunes en ce jour au musée de la chefferie Batoufam, Paule Clisthène a brièvement brossé à l’intention de ses hôtes, les origines du village Batoufam. Ce village qui aujourd’hui est à sa 14ème dynastie avec le roi Nayan Toukam Innocent au trône depuis 1989, est une création du Roi Nankam. Ancien bras droit du roi des Bangoua, déchu de son titre, il a séjourné à Bandrefam avant d’user de la ruse pour contraindre son hôte à lui céder une partie de son territoire qui deviendra le village Batoufam.

Une fois l’histoire du peuple Batoufam, de ses origines à nos jours contée aux jeunes visiteurs, ces derniers sous la conduite de la conservatrice, se sont engagés dans la visite guidée. A chacune des étapes de la visite, les jeunes poussés par un désir insatiable de compréhension, ont non seulement posé de nombreuses questions, mais aussi ils ont su joindre l’utile à l’agréable en immortalisant chacun des instants par des photos souvenir. A titre exceptionnel, les responsables du musée, pour encourager les jeunes à revenir et surtout se faire accompagner des autres jeunes absents cette fois ci, ont permis à tous de faire des prises de vue gratuitement et en toute liberté ; chose qui en temps normal est soumise au paiement préalable d’une somme de 2000 francs cfa. Une aubaine dont les jeunes ne s’en sont pas du tout privés.
Au terme de cette visite qui tardait à s’achever du fait de l’étendue du musée, doublée de la détermination des jeunes à comprendre davantage et surtout de la grande disponibilité de Paule Clisthène à répondre à l’ensemble de leurs questions, sans en éluder la moindre, le tour est revenu à sa majesté Nayan Toukam Innocent d’entretenir les jeunes sur les influences de la modernité sur les traditions africaines.

PIC_0846.jpg

En invitant les jeunes à ne point se détourner des cultures et traditions africaines, il a expliqué à ces derniers combien leur responsabilité est engagée dans la perte des valeurs africaines. Les jeunes, a ajouté sa majesté, doivent cesser de se laisser fasciner par les valeurs étrangères. S’ils sont le fer de lance de la nation, leur bataille doit d’abord se gagner sur le plan culturel, car tout bon développement doit prendre appui sur la culture. A ce sujet sa majesté Nayan Toukam Innocent a félicité les élèves et leurs enseignants pour avoir compris ceci par avance et d’avoir sacrifié de leur temps pour venir à sa rencontre discuter avec lui des questions de culture. La jeunesse a-t-il encore ajouté, est au centre des préoccupations la chefferie Batoufam qui a pensé un ensemble de projets visant précisément à l’épanouissement des jeunes et leur éviter de se laisser séduire par les mirages de l’exode rural, aujourd’hui fatal à beaucoup d’entre eux. Et parmi les projets implémentés par la chefferie Batoufam et au profit de la jeunesse, on doit citer l’agriculture et surtout la pisciculture et la sculpture qui ont beaucoup fasciné les jeunes visiteurs.

TCHUISSE Basile Honoré
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

NOUS CONTACTER

Merci d'utiliser le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

En cours d’envoi

©2017 Zenu Network | Zenu.org

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?